« Quelques indicateurs socio-économiques d’une mutation en Limagne (Puy-de-Dôme) au IIIe siècle a.C. », Christine Mennessier-Jouannet

par Philippe Charnotet

Christine Mennessier-Jouannet, « Quelques indicateurs socio-économiques d’une mutation en Limagne (Puy-de-Dôme) au IIIe siècle a.C. », dans L’âge du fer en Europe - Mélanges offerts à Olivier Buchsenschutz. Sous la direction de Sophie Krausz, Anne Colin, Katherine Gruel, Ian Ralston, Thierry Dechezleprêtre, Éditions Ausonius, Collection Mémoires (32), Bordeaux, 2013, p. 371-386.

Le IIIe siècle av. J.-C. se caractérise par une réorganisation sociale et politique avec, entre autres phénomènes, des transformations fondamentales dans les agglomérations de plaines ouvertes. A partir des recherches menées dans la plaine de Limagne, en Auvergne, l’auteur nous propose de suivre l’émergence du « complexe d’Aulnat », vaste agglomération de plus de 150 ha, dont les caractéristiques, les relations avec l’arrière-pays, mais aussi les activités et les productions, sont présentées et analysées.

Les fouilles menées sur les sites de Fontvieille/Gandaillat et de la Grande Borne ont mis en évidence la zone la plus anciennement occupée du complexe et ont permis de mieux en comprendre l’organisation spatiale. Il s’agirait bien d’une agglomération à fonction centralisatrice et non d’un simple tissu rural très dense. La métallurgie d’alliages cuivreux (creuset, moule), ou de fer (fibules, scories), le travail de l’os ainsi qu’un important répertoire céramique indiquent des activités artisanales nombreuses et diversifiées qui se distinguent de celles des sites ruraux alentours, et témoignent d’une grande « effervescence » économique pour la première moitié du IIIe s. av. J.-C.

Ces modifications ne sont pas sans conséquence sur l’arrière-pays dont la production rurale accompagne celle du site aggloméré. On assiste ainsi à une recomposition du réseau des fermes qui deviennent encloses, à une mise en exploitation de nouvelles terres, ainsi qu’à une réorganisation, au IIIe s., d’habitats occupés sur une longue durée (de La Tène A à D1 : Lempdes, site Le Pontel ; Artonne, site de la Mothe ; Gerzat, site du Grand Navarre). Enfin, cette expansion économique n’aurait pu se réaliser sans la mise en place d’activités et de productions complémentaires : établissement des premiers parcellaires (Saint-Beauzire, Gerzat…), utilisation précoce de meules rotatives (Cournon Bois Joli), artisanat rural spécifique (transformation de l’orge, activité de tissages…), exploitation forestière (production et consommation de bois de construction, d’œuvre ou de chauffe).

Ce rapport de réciprocité entre le « complexe d’Aulnat » et les sites ruraux de la plaine de Limagne montre ainsi une complémentarité de la production des artisans et des paysans. La rupture avec un système de simple autoconsommation et la multiplication des échanges témoignent de la diversification professionnelle de la société du IIIe s. Des cartes de situation (complexe d’Aulnat, extension topographique du site, secteurs fouillés, cartes de situation des sites) ainsi que des planches de vases du « service d’Aulnat » et de meules rotatives viennent utilement compléter le texte.


Philippe Charnotet Docteur en archéologie, AOrOc