Mentions monétaires et circulations réelles : couplage textes et trouvailles. Espace du royaume de Bourgogne Provence

par Vincent Borrel

Résumé de la contribution de Vincent Borrel au séminaire doctoral NUMEAR, organisé par Élodie Paris, Solène Chevalier et Thomas Bardin, le 5 mars 2016.

A partir du début du XIe siècle, apparaissent dans la documentation monastique, qui est la principale source écrite pour cette période, les premières mentions du type de monnaie utilisé lors de transactions. Avec la multiplication des monnayages ecclésiastiques et seigneuriaux, la valeur du denier d’argent évolue et les utilisateurs des monnaies sont progressivement contraints d’établir des correspondances et de mentionner l’atelier d’émission, notamment lorsque la monnaie en question n’entre pas dans la circulation « courante ». Cependant, il faut relativiser ces présences de mentions monétaires, elles ne constituent généralement qu’une infime partie des chartes relatant un paiement en numéraire. Elles dépendent en premier lieu en grande partie des rédacteurs eux-mêmes, qui ont choisi ou non de les renseigner. La règle générale est souvent de ne pas préciser le type de monnaie, ce qui laisse donc planer le doute sur les types réellement en circulation dans un espace donné.

L’étude des textes, même si elle permet de se faire une idée, ne suffit pas à connaître la réalité de la circulation monétaire Circulation monétaire Le fait que les monnaies circulent et sont acceptées comme moyen de paiement universel dans une aire géographie donnée, qui correspond à la zone d’influence du pouvoir émetteur. référence : Gruel (K.) et Morin (E.), Les Monnaies celtes du musée de Bretagne, Rennes-Paris, Musée de Bretagne-Maison Florange, 1999. . Il est donc nécessaire de la coupler aux trouvailles concrètes. Les dépôts monétaires, lorsqu’ils ont été publiés, nous révèlent d’importantes informations à propos de la circulation des monnaies : suivant le taux et les emplacements de trouvaille d’une monnaie, il est possible de déterminer son influence : n’est-elle retrouvée que dans les dépôts locaux, cette monnaie ne devait pas courir dans beaucoup de régions, ni inspirer confiance. Si au contraire elle est retrouvée dans des dépôts d’autres régions, voire même d’autres pays, cette monnaie était un facteur influent des échanges économiques.

Au travers de quelques exemples, nous avons vu quel peut être l’intérêt concret de ce couplage mention / découvertes.


Vincent Borrel Doctorant ENS UMR 8546 AOROC