Circulation monétaire à Gaza (Perse)

par Gaëlle Thévenin

Résumé de la contribution de Gaëlle Thévenin au séminaire doctoral NUMEAR, organisé par Élodie Paris, Solène Chevalier et Thomas Bardin, le 5 mars 2016.

Site d’installation très ancienne, la région de Gaza est une zone d’occupation et de circulation économique et humaine intense. Les sites de Blakhiyah-Anthédon, port de Gaza antique, et Rafah, à 15 km au sud, ont livré des matériaux monétaires nombreux et inédits. Le site portuaire, fouillé de 1995 à 2012, compte plus de 2000 monnaies toutes périodes confondues, quand le trésor Trésor Ensemble d’au moins deux monnaies déposées volontairement à l’endroit où il est trouvé. Les trésors sont rarement trouvés en fouilles, mais le plus souvent par hasard. de Rafah a livré 1219 tétradrachmes et drachmes de type athénien. S’ajoutent à ces deux ensembles archéologiques, une collection privée appartenant à un passionné local, dont la provenance unique est la ville de Gaza et ses alentours immédiats.

Les Philistines, monnaies d’argent de petit diamètre (4 à 8 mm), sont issues de la collection privée, au nombre de 659. Elles sont datées sans précision des périodes perse et hellénistique. Cette imprécision pourrait être levée par la trouvaille, parmi les monnaies du chantier archéologique de Blakhiyah, de monnaies philistines en stratigraphie. Le contexte céramique et architectural des monnaies aura également un rôle majeur dans la compréhension de l’environnement économique, culturel et social à Gaza. La stratigraphie et le contexte donné par la fouille sont complétés par la diversité des types monétaires de la collection privée : Phénicien, athénien, alexandrin, samaritain, gaziote, arabe.

Les monnaies d’argent du trésor de Rafah, bien que géographiquement plus éloignées, ont des points communs avec les monnaies du site archéologique et de la collection, dans leur fabrication comme dans le choix des types. En effet la forte influence des monnaies athéniennes sur la côte levantine, comme référence de valeur, a conduit à la production de nombreuses imitations locales, dont les variations sont symptomatiques d’un public précis. Les drachmes athéniennes du trésor de Rafah sont de facture locale quant au style, tout en présentant des poids rigoureusement calqués sur l’étalon attique. Ainsi, les variations nombreuses de types, tant athéniens que phéniciens ou locaux, sur les petites monnaies d’argent frappées localement, à vocation municipale, locale ou régionale, sont le signe d’une circulation et d’une économie monétaire dense mais restreinte à la région Palestine-Samarie. La production de monnaies de type athénien sur des modules plus lourds (drachmes, tétradrachmes) est le signe d’une circulation et d’un commerce beaucoup plus large, à destination des zones asiatiques intérieures, les territoires nord et sud arabes, en connexion avec les Grecs de la Méditerranée. La comparaison des systèmes monétaires locaux, tant du point de vue des types que des poids, conduit à envisager un atelier régional dont les techniques de frappe divergent des techniques propres aux cités phéniciennes ou grecques, tandis que la circulation de « minute coins » aux types des territoires plus lointains évoque la possibilité d’un atelier en connexion étroite avec les nouveautés monétaires de la Méditerranée. La production de drachmes de type athénien et de poids attiques sont quant à eux à remettre dans le contexte du commerce de la route des épices avec les tribus arabes du sud.

Gaza à l’époque perse présente donc un triple faciès économique : centre local de production d’oboles municipales, atelier régional potentiel de drachmes et d’oboles pour la zone Philistie-Samarie, et plaque tournante du commerce gréco-arabe. Gaza présente du point de vue numismatique Numismatique C’est la science des monnaies et médailles. Elle est particulièrement utile pour les recherches en histoire ancienne (romaine et grecque) et elle sert aussi en archéologie comme critère de datation. un profil complexe dont les contours restent encore à définir.

Bibliographie

Thévenin Gaëlle, « Gaza et l’économie perse », dans Bible Pierre angulaire, la bible au croisement des disciplines, colloque du 5 décembre 2015, ENS Paris I – École Biblique et Archéologique de Jérusalem, non publié mais visible en ligne. Thévenin Gaëlle, « L’économie monétaire antique », dans Gaza Inédite, Journées scientifiques et culturelles du 17 au 21 mars 2016, IMA – IFPO –IFJ.


Gaëlle Thévenin Université Paris IV-Sorbonne (UMR 8167-OeM)