« Identification d’une légende de la vallée du Rhône sur un quinaire recueilli en pays helvète », Anne Geiser, Julia Genechesi

par Véronica Cicolani

Anne Geiser, Julia Genechesi, « Identification d’une légende de la vallée du Rhône sur un quinaire recueilli en pays helvète », dans L’âge du fer en Europe - Mélanges offerts à Olivier Buchsenschutz. Sous la direction de Sophie Krausz, Anne Colin, Katherine Gruel, Ian Ralston, Thierry Dechezleprêtre, Éditions Ausonius, Collection Mémoires (32). Bordeaux, 2013, p. 521-528.

Connu à travers des prospections partielles de surface, l’oppidum de Sermuz, situé dans la commune de Gressy (VD, Suisse), semble avoir été occupé entre le milieu du Ier s. av. J.-C. et le début de l’empire, d’après le mobilier recueilli. Un corpus Corpus Un corpus est un ensemble de documents, artistiques ou non (textes, images, vidéos, etc.), regroupés dans une optique précise. de 157 monnaies partiellement publiées est conservé au musée monétaire cantonal. À ce corpus, enrichi de 78 monnaies recueillies par P.- A. Capt et de 21 autres faisant partie d’une collection privée et découvertes en 2007, s’ajoute en 2010 une monnaie allobroge. Les auteurs présentent dans cet article une description détaillée de cette monnaie, un quinaire d’argent du type au cavalier, complétée par le corpus critique des monnaies du même type. Cette monnaie relève d’une découverte exceptionnelle de part sa rareté mais surtout en raison de son état de conservation qui permet une bonne lecture de la légende. Comme les auteurs le soulignent, le quinaire de type cavalier est une monnaie très rare. En effet, dans la littérature disponible ne sont connus que six ou sept exemplaires en tout dont la lecture de la légende a été controversée depuis les premières descriptions jusqu’à aujourd’hui. La légende lisible sur le quinaire en argent de Sermuz permet de mettre fin à ce long débat fixant la lecture correcte de cette série : PETRVCO(RI) au droit et ACIVCOVEPV(S) sur le revers Pile
Revers
Face convexe de la monnaie, envers du droit, portant souvent un motif secondaire.
. Cette monnaie s’inscrit dans un faciès monétaire dont la composition parle en faveur d’un camp militaire tardo-laténien, occupé au moment du retour des Helvètes après la défaite de Bibracte et jusqu’à une époque postérieure à la guerre des Gaules, comme l’indiquent les 67 deniers et bronzes républicains et julio-claudiens. La présence, enfin, d’un coin Coin Instrument employé lors de la frappe, portant en creux les motifs monétaires. Les coins sont de deux types :
Coin de droit, ou dormant, ou d’enclume : coin enchâssé dans l’enclume, d’où ses noms, portant généralement l’image du droit.
Coin de revers, ou mobile, ou de trousseau : coin tenu par le monnayeur dans sa main, d’où ses noms, portant généralement l’image du revers.
monétaire républicain et de plusieurs flans d’argent au poids du quinaire indique une probable production sur place, rendant ainsi le faciès monétaire de l’oppidum de Sermuz très différent de celui des agglomérations contemporaines connues dans la région.


Véronica Cicolani Post-doctorante AOROC