La naumachie

Par Pauline Ducret

Le mot naumachia vient du grec ναυμαχια qui désigne le combat naval. En latin, il est employé à partir du règne de Tibère pour parler du spectacle naval, là où les textes antérieurs utilisent des expressions comme proelium navalis ou pugna navalis (voire spectaculum preolii navalis). La naumachie est donc avant tout un spectacle reproduisant la guerre sur mer.

Mais avec son passage dans la langue latine, le mot naumachia sert aussi à désigner l’édifice où se déroulent ces combats. Comme si le spectacle et son lieu de représentation étaient indissociables, alors même que des naumachies ont pu avoir lieu dans des édifices de spectacle non spécifiques et que les grandes naumachies romaines, comme celle d’Auguste dans le Transtévère, ont pu accueillir des spectacles habituellement réservés à l’amphithéâtre.

A cette confusion lexicale, encore présente en français, vient s’ajouter un deuxième point brouillant l’étude de la naumachie : nous n’avons pratiquement aucune trace archéologique de ces édifices de spectacle pourtant monumentaux et nous ne pouvons donc les connaître qu’à travers les sources écrites et quelques représentations iconographiques. Ces spectacles grandioses recréant en pleine ville un combat naval ont en effet beaucoup marqué les contemporains qui montrent dans certaines de leurs oeuvres toute leur admiration pour cette prouesse technique.

Fresque de Pompéi-naumachie de la maison des Vettii
Fresque de Pompéi-naumachie de la maison des Vettii

Il faut d’ailleurs noter que les seules naumachies, en tant qu’édifices de spectacle, connues se trouvent à Rome, peut-être du fait des problèmes techniques et du coût que devaient représenter la transposition en milieu urbain d’un combat naval. De là également le rapport étroit que l’on peut établir entre le spectacle de la naumachie et son éditeur : les premières éditions naumachiques que nous connaissions, celle de Jules César en 46 av. J.-C. lors de la célébration de son quadruple triomphe et celle de Sextus Pompée, fils de Pompée le Grand, en 40 av. J.-C. commémorant sa victoire sur la flotte du légat d’Octave, sont directement liées au contexte de guerre civile et se veulent une preuve de la légitimité de ces imperatores. Les naumachies suivantes entrent quant à elles dans le discours idéologique du principat : il s’agit à la fois de commémorer de grandes victoires comme celle, fondatrice, d’Actium, de célébrer la domination de Rome sur toute la Méditerranée, de montrer le pouvoir de l’Empereur qui met en scène la mort de plusieurs milliers d’hommes [1], et de le présenter comme maître de la nature capable de dompter l’élément marin.

Plusieurs périodes se dégagent ainsi dans l’histoire de la naumachie, marquées par des utilisations différentes du symbole qu’elle représente à la fois comme spectacle et comme édifice monumental s’inscrivant dans la trame urbaine de l’Urbs, et par la place qu’elle prend dans le munus romain. Anne Berlan-Bajard montre en effet que le spectacle naumachique passe de combat d’escadre qu’il était au milieu du Ier siècle av. J.-C. à une « gladiature navale » au milieu du IIème siècle ap. J.-C. s’insérant parfaitement dans les munera impériaux.

 

 I. Les premières naumachies et l’affirmation des figures des imperatores : César et Sextus Pompée.

Les premières naumachies dont nous ayons connaissance datent de l’époque tardo-républicaine et sont en lien direct avec les guerres civiles.

Les auteurs anciens  [2] s’accordent en effet à dire que c’est César qui inventa le genre avec le spectacle naval donné lors de son quadruple triomphe en 46 av. J.-C. (conquête des Gaules en 58-51 av. J.-C., de l̵Eaeolde Ruus nt>, et dea Libyphe en751 av. J.-). p>Iletitperéson poue lccafusioue gra b Casnnd dans lChaet dM mar(s prapabtemen120' pecerr)nd, r trité de gdisons dboirbs, eyau ait xdu psures xda flotois cnspquées dbaoutexts deailrd d resla mart ausss dbirblèm,le trblèms, es mê,me si l’os entroi; Suétonedeon quatrblèm3,&nbs;de iant sou moindeo6000 homm (4000 trateur, e2000 sole dons de mare)s  [3>2]Mai7;ellr entrt ausss dans leiillers damqumanamatent de Romt dt Cés,rs nammvient dChaet dM mar, et dr toute lr;léo untjar(l saae mosination dcesre parliers vbiant d’ailleure pasret par se dr traimement dTibrée iiausbian' rinné s’bitu Vinacannt Chaet dM ma)II. Le édifics de spectaclale pourtane dt pule riormemeur : b Casnnausbian drnnn colitétrè4351 av. J.-C., peut-êtrn poue der maisers diyo sabrimitt lite à letagmination d ltaunt dans cetts ancienrzoaine de m ma. N nous n’avont donc aucune trac de cesconallisatioes.

I. duénnsél ccupes, alor le Gra le sihie esenra s lésvvoir dsale position pouttadiquee s ôotoiinalchnnhies et les trpures dee tumvvoir C c’es. lors de la célébration de sa victoirco entre lu légat d’Octare qu’ii met xdu psuree «&nbst de;Petsdbaoutexts dboir1) et dutgures re cs,rt pampoqleris à l léjare dealvidchnxtuRufures p> [4>2Il s’aaisiest done non veumement luu milr;: les maisnrlierelutà traver x,;: leo fncsiusa mart ausss dsaptrer lémolnt de lsdravemmair(s même si s 10 kilomètguree iis Dépssent ce esdtroi lSrinlent de lInalchit noul vais ont; insce que lrevib mimité de spectacle vbian-êtrlitimittrn pout les trpurehnnhre a)I p>Maic cetta naumachie vbianaiter trt êtrn rmittrn symbogiqur t Sextus Pompdsees monbiant pars àent ègnhmpé3;ties de sopmiète ind, eet batersuisant s ôotoim Méditerrannnures depdmirques, l’bianicnspqu cine «&nbs, fils dNeptr tle »e capable de dompterures cinimitsde maresal. Eo êtrip trount ainsr la dominatioe qu’iexercire sur la Méditerran Occiordeicaleinsicnsourtaque risant s s guerres civiles.

Il faucet; disan="imtainoe qur uy_espanet litimitrnarrr trcieninexte dbaoutextt eêchbiane toutf cuiet xdu psisnrliees.

Plusieurutguree soue l’Emai) evaient v-ule un m ctmiètd ls io-rlicaties e ei mtéant en scène cnnhre,oe qu’ie ians romais oorptilaval, ls imperatoormGra ltextsieexts dl quiironrue lrevictoiux.

 

  IAnnl s’agit sodclfbirent directemen prifférceC. à un combae entrs romaiusa mare lehoixir les ratialimitsddures xda floto,ushithnptienr, ePave , t ainshique lrevictoie, peut-êtraterngnnodureshithnptisue devaientwraplitt xes contemporaint lombailre dealamatinen symboln de la domination de lOcciordenspoue lOrptil>I. dn rallèacle vbian-êtrfainleémen,biane entrActiar etalamatinet dutrant plur que lefquêcesca Aurssalce donteable dM marUlratoadevaiene derelumentchan-e égyptires s commelôoeture s j x,;jugustap trèe la naumachieAuguste conrr trchbpasse dans lCircsidM ximside ofupssentrqué36entcodivile L lehoixis mêmtuon lieu de la naumachibianésidifinafes dees même qut Césaavbianu faieperàns la naumachis dans leBajamoindeos Pompéedees mêmAugusts utilint sdditeriyons cfisarqués Anicttine, la naumachi parincagent ainst e l=amminatlme moaees de soscrilI p>Maic monbirquement ub Casnnde t Césaspoue lChaet dM ma,er l’édificr_constitCnarrAugusibianfbiant poueupseur : leR deses aee ainstrdenspousuresoDimensioce monumenthie(536emètgureu deongar e357eu de rge),es ettrn ansIèmhydr Paue querét en spa,es donacle roul be qduc,er lAt q Allustsca,les et l’élément j ier,ttesmxte dc cette pronfontiot e lpfférnimitt en fermtinant da tray.foittp trèeeues représentation: b Casnne naumachique enisihid ltaune monumenthne aveuson croumatenr_coninant de ltaune iit eêch dr toutetagminaties. es uemb t empiie du Casnnes et plustiordent encor à partire 4le ap. J.-C, et dea iillainatiot tou "aupoueuIAnmsid, CaestiumBajamoC. commémorane la mort s s xdsevetaux e, filadocapfsrs d’August(usoonteable leue est d’ailleurt médinspour trîthnemqumanitris à li antérieeu de la naumach)>I. db Casnne naumachique vvaien, alor lieu da célébration de lgensrs d’Auguses.

<Paexnteable la constructioe de lAt q Allustsca,ls pre Iebe qducnt iét; disant dT Transtévèreprofcuiet re parlids même se sotaunn c’est oipotapablx etie, pe t dont-être"distrinnod dans lef"contais épubhique(e lse qducnalimsents nammviens leBajamoi,le nombexts dficrôoité dTibr). L la naumachie eaclenmside iIl ques e,mtiarch vonant d’ailleur, marrler rapabtement lurbanosinationurT Traneverqur  non fait quTiextuyueironet encorr tra naumachien 80le ap. J.-C, eGmpeldon ris oes im3;e que lb Casnnart nt-êtra="bationnraversan,omeu du Ier siècleunaehique lrelaclalgagmité dditeriyaspoue lenmsi,et nsdelq eane trace ianterduc. p>Idir connant ainsi danse4; tiieu urbaibitu ea iaveionincoln de ly.foié dBajamonelace iil qun fermrt de taoseter uy emspamatenio-rlison poue de ceabxiet Auguannes.

Maiea iiuLes granIdir coustuuctioe dombailre navaue est sa naumachigiqueirone Clauaspoue lmsp Fucbai(110 kmis à lEsent de Ro)es en1is o52le ap. J.-s  [6>2]I.t ànencoes, commn poue sa naumachit Auguanntine, le prontextr est eesca Aurscaties e celle duson maaisirine squant drntainar e Ca-rlheoue lmsp. Si;e le combaair lieu danu en miliea natu;nelace iil qun fermrt dtteiraredduresoDimensiocin égqué,dduresoansposifssicnsourtas,rs nammvienteis Dcurimitve, sonerét en spa. Ustrcieninexte d gdst xeoule upoienteibaoutextst litimeer uy_espana feité de>Plusieurcecontais t l pecerr eent ditdint ainse toutf cuiet xdn nammqués a moal. ur, nipGaulesent desescaodans deco"sho les Suérchnnhiesnntiemnvienterremiètditenarapbjetmunfois demb3;puulesent iba="liesal. fsnnde e nombextbaoutexts dr la flottn romaineat brouirdent edeh lors dc cettcieninexta flortaqut poue tiiheadec les nauniques de ly.fcinar ee ointdier lesivesce où stiemnviens les specauteu,nu trèe nombex, vhnxtut de Roma mart ausss slr;léo lu g, r trés s entrntrs les sourc. C esoansposifaexceriptintu n fermtiagit à l’Empereudets le présenter commlmme maître sur mstp trèeancaagai ombtirone outsqu’in cy pe t sodclvmpé3apablombailre nava,de la maîistre sur msjounrr lr;c letrsc;légiquicnsourtas). Lsrent en scènn fermtiagit égalemendentwraplite la naumachis d’August(e et celle ds Cés)C., peut-êtrs mêmt lombailre d’Actium) eexprimsiest done la ctsciquitéynanistiqes.

   [7>2]Idie roulade ltxSupérncole lors dej xet d6451 av. J.-C.jugustavisant es granPrinndique risant qitu e l’amphithéâtts dboir1f enr e;mièmatentt é ic. N nous connaitionbncinmieextttrn ansIèms diy fondptint de lsmamphithéâttflavvaial. ur, fouilleo-rlrentel ont en effee dégité différenteomaseers damqumanamatent ree so-sollce dColismpé Dumorane ls premièeomasees, linant de la constructioe de l’édificjus qut e lo-rorganosination ree sditeriyonnarrDom3;tns, en iou rtupoidit donc xes éditions naumachiqu,rs les so-sollcr_constitr1) edpoua ltxioniiement o,aexceriqué le rrs péomérl,tfbiant duson ramatene eb briquoir couvent dusonrauianhydr Paue qu(opuLessinum). Gmpeldon ris oueioent dont que l9;ensembnt ree so-sollcan drnnt o ié,ulace iiess cfifeitt par laepréscoln dquaâtte «&nbsccrollecteres esent ie gradecmia xeI. L’ fondptinausbian alortteir eacleiouaune duk laheoir de larscèns et lusbian' r couve. Q quant e lsrent en spandclv vaist xet aussgrosme que dee trblèmst dans lsmamphithéâtesil faut; insce qu’uen étaienicontdtitr1et m cmits,leunaebpascolitsnspoun spa. Illuausbiaien, alorpune mentejus quuleiouaune dsolir de larscènsnrs mêmontesnt que l9t arrr tr couveucore pratinnod dans duk laheo. p>Il faut; insce qut en uLedquc s baoutextalngs,oe diiuLee;Petlleecomrcisations d tydcma. upes parincaiement ucocombes.

rn ansIèmhydr Paue querét en spa,e' rinnt à lAt q Claia,les et iiauausst trèbo#oues t lenjlieu de L’intdtcration de la naumachis dans lsmamphithéâttl est en effeee n fermtntrea  [

Iaue mêmsrmitépa vuellemenfbrouiqut uXVIu IIème sièces [

I. dt rneité édifile iIl ques es "iaaecrs, en iotdocaxtr try.foià pariulemièno-rtidinant xdatonfo lestroul led les specauteu r est ubonen symboln dc cetts volrtatiovlier une « gladiature navale . L liaveionincoln dA cette constructioeumorane lA antiimittens mêmjus l̵ulH fauMoyti-Âgiel vaisnbiant; insce qutlaclalsrmits utiléeoe taivalemer(sileie trouieane tracjus tnt dansaitotiymchituoVinacannt XVIIème sièc). Uson passageque lHhistoirAugusttws conrt d’ailleurt que l’Empereuausbianetionnr tra naumachien 274le ap. J.-Cn poufquêrnt sa victoire sur lrebaine dPalmyoirZqumobchalGnséldon ris ovart d’ailleurjus qut élétâtess avet beaucoudent réseea,er lhypodhsIseur queaeyeprhiqscolt du utilisative de lt rnemièta naumachiisnbianiordehniqie à laeprhiqscoltedes muner(in cy ausbiant plu g lors dveriere"diifunctioe entrc r sodifférele tyonn rs spectac)es et que les spectaclee navs ausbiaiene dt pulsnrs mêmontesnt que sncocombats dp;gladiuteuer.

 Bibliographie

ulh3 class="spi>> LeS spectacleaquabhiques romaia>i>, CEFR, 360,à Rome2006.>
ulh3 class="spi>> i>, Padress Usivlie3arntuee dParis-Sorbontine2009s(e aves e nombeess aiuonsisatiueq quiironienr triditure dc le que po femen.-êtrceles spectacles que nous connaitiuerioneu)es.ulh3 class="spi>> i>, J tral fà Ran Stlapta,e83 (1993)C.,.48-74. "> i>, dhsIseueedletâtu,eBccorria,e1988.> i>Orhemai,efofunctiar en.foié de l̵aamphithéâtts romaa>i> INe ClauaD Rorang, Chr"diian Lgrand,n.erlaMaérnPailrnei>, I"imo,Lattes,e1990es.ulh3 class="spi>> i>, INe ClauaD Rorang, Chr"diian Lgrand,n.erlaMaérnPailrnei>, I"imo,Lattes,e1990es.

 

rh3 class="spip' />b='lkquoteh3 class="spi>>

br> céloui1miètanranée2010>1

/b='lkquote>

>p>p;[1 2 1Définimctiia>a> v <.a> v <.MSuh d ra>a> v <Anth taooloqus ea archéolol funnsémaia>a> v .a> v .a> v .a> v .a> v .Etudgte dr laeir aturmurssaa>a> v .a> v .a> v .L;léslntatior es;lgalementatioferraapsures ur, fouillee archéologiqra>a> v .Lereluvnnsoetle leuonbiatnumea>a> v .a> v .Pros speatiueetr, fouilla>a> v .Scrncosus ea archéolola>a> v .a> v <a> v .a> v .a> v .e nombns doree dans ls ariatc aturgrectiqa>a> v .Leditechniques de constructioe dane lA antiimita>a> v .a> v LeGaul foir, ePSL, scravimitsa>a> .Déombat "aupoueeet lenlheoch de sur lGauleeu eunaeAsantéa,e11 janvisre2014 àes (..a>a> .LeGaul fois et lBDa>a> .a> v <MOB :I. Leghituofntee eEu taée2013a>a> v a> .a> .a> .a> .a> .a> .a> v <.a> v <.a> v <.a> v <a> v .a> v .Mots-clitsa>a><. Sientefarisa>a><.a><.vvvv v >
/dh" ida v_revienurip3 classifis cettnav2_0lv <" idmauepga href="http://wwe areéoloqéschinaier.ens.fr="/spip.phaage=s coac _0Ctioac a>a><.<" idolpga href="http://wwe areéoloqéschinaier.ens.fr="/spip.phaage=olon-épubl&ama;url=.%2F_0Ctinexatia>a><.> ---- v <v <<3 classc_tit"<.<3 classc_tit"<.<3 classc_tit"<.<3 classc_tit"<.
vvv v < la me='aagominati_p?artic_rub briq_ondeb2' idaagominati_p?artic_rub briq_ondeb < vvvvv v ---- v <n.fo scratief="http://wwe areéoloqéschinaier.ens.fr="/spip.phaage=enlheoch "pmeh d="ge _0<
Rnlheoch res  .>>
<" idolo_rss" >
D rneitlee articorépubitsa>h1>v <<3 classc_tit"a><.<3 classc_tit"a><.<3 classc_tit"a><.<3 classc_tit"a><.<3 classc_tit"a><.a><.h2ul v a><.<3 classc_tit"a><.<3 classc_tit"a><.<3 classc_tit"a><.<3 classc_tit"a><.<3 classc_tit_b='l"a><.h2ul v a><.<3 classc_tit"a><.<3 classc_tit"a><.<3 classc_tit"a><.<3 classc_tit"a><.>>p>Rtupoisciabl scrntcifique: H cél trDessaaulesenKathemaretGritus.©">&nbs2005-2017">&nbsA archéolollee echinaierENS | CNRS PARIS | PSLUMR8546 CNRS/ENS A archéololleet Philéolchit l̵Orfemenrmrt l̵Occiorde (AOROC) | Dééparmatent reScrncosu de l̵A antiimit de l̵EcmbolN.fonbolSuSupératu (ENS)C cceriati/ecr="lgratioTh ros Cepeneit. Plaion duose >a><>H fau↑<